mercredi, mars 30, 2011

La guerre Mer - Japon

La mer s'est elle vengée des bouffeurs de baleines? Ces dernières se sont elles plaintes auprès des Dieux et de Poseidon? Leurs voix de suppliantes ont t'elles été entendues?

Ne dit-on pas de Poseidon qu'il est l'ébranleur des sols?
http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/poseidon-148834023af.jpg

Les peuples de la mer se sont vengés de l'appétit carnassier des japonais. Ces derniers, de rage, leurs rebalancent de l'iode radioactif pour les calmer.
http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/baleiniers-japonais-2540015-14883352397.jpg

Telles sont les nouvelles du front, une guerre dont personne ne parle, c'est vrai, les humains croient être les seuls au monde, l'espèce dominante qui sait tout.

Et si les peuples de la mer venaient à gagner au final?

http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/baleine1-1488335001d.jpg

mardi, mars 29, 2011

Tsuneo, le surfeur de la grande vague, la grande vague du tsunami géant !

Ben quoi ! Pour déstresser nos amis japs, exorciser leurs malheurs, rien de tels qu'une BD ou manga et décaler tout cela dans une fiction complètement folle.
http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/surfer-argent-1-148757971c7.jpg
Et puis c'est comme la schizo, on peut améliorer son sort en soignant le plus par le plus, principe d'hippocrate...

http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/surfer1-14875813d95.jpg


http://fr.wikipedia.org/wiki/Hypocrate

"L'approche thérapeutique était fondée sur le pouvoir guérisseur de la nature (vis medicatrix naturae en latin). Selon cette doctrine, le corps contient en lui-même le pouvoir de rééquilibrer les quatre humeurs et de se guérir lui-même (physis)[17]. La thérapeutique hippocratique se donnait simplement pour but d'aider ce processus naturel. À cette fin, Hippocrate croyait que le "repos et l'immobilisation" étaient d'une importance capitale"

Bonne soirée mes supers Amies, une soirée dans la paix du bleu cobalt ou bleu impérial ou bleu de saxe. Vous avez vu, la météo nous annonce des températures estivales pour le week end, des trente degrés à Biarritz. Cela doit être cool de sortir les planches de surf. Vous vous souvenez du surfeur d'argent? Je suis surpris qu'aucun auteur japonais de BD ne se soit lancé dans les aventures de tsunéo...le super surfeur de tsunamis...bon une idée idiote, mais des fois ce sont ces idées là qui déstressent. Plaisanter des purs malheurs, comme ce colonel US dans "Apocalypse Now" sur la plage qui dit: -de ce coté ci c'est la guerre et par là c'est le surf et les vagues, ou encore, -j'adore les bonnes odeurs du napalm, etc...c'est idiot, cela fait rire. Je trouve les visages des japonais tristes dans ce qu'on nous montre à la télé. Oui, je sais, c'est idiot, mais une BD ou une manga sur le surfeur fou qui voulait surfer la grande vague du plus grand tsunami, cela ferait rire. Faites pas trop attention à mes commentaires les puces. Excellente soirée à Vous. Une soirée bleu de Prusse.




dimanche, mars 27, 2011

Et lui-même était fleur, puisqu'il était enfant. Victor HUGO (1802-1885)


Bonjour mes supers Ami(e)s, des petites pâquerettes dans les champs, des petites fleurs joyeuses, si douces, si paisibles sous le soleil.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paquerettes
http://www.google.fr/images?hl=fr&source=hp&biw=1280&bih=832&q=paquerette+fleur&gbv=2&aq=4&aqi=g10&aql&oq=paquerette
Excellente journée à Vous.
Ivano

La paquerette à l'aurore vermeille
A fait sécher ses pleurs.
Viens avec moi pour orner ta corbeille
Des plus tendres couleurs.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moi-même,
O ! je t'aime, je t'aime.
‎* Charles LEVESQUE (1817-1859)


Pour les petites pâquerettes,

Sournoisement lorsque tout dort,

Il repasse des collerettes

Et cisèle des boutons d'or. Théophile GAUTIER (1811-1872)


Cet homme, que voici lugubre, était joyeux.

Mille éblouissements émerveillaient ses yeux.

Printemps ! en ce jardin abondaient les pervenches,

Les roses, et des tas de pâquerettes blanches

Qui toutes semblaient rire au soleil se chauffant,

Et lui-même était fleur, puisqu'il était enfant. Victor HUGO (1802-1885)


En regardant autour de nous les pâquerettes,

Les boutons-d'or joyeux, les pervenches secrètes

Et les frais liserons d'une eau pure arrosés,

Que ces petites fleurs étaient tous les baisers

Tombés dans le trajet de ma bouche à ta bouche ...

Victor HUGO


L'herbe éclate en pâquerettes ;

Les parfums, qu'on croit muets,

Content les peines secrètes

Des liserons aux bleuets.


Les petites ailes blanches

Sur les eaux et les sillons

S'abattent en avalanches ;

Il neige des papillons. .Victor HUGO (1802-1885)

2011, Oui, une bien étrange année...

Les fleurs du cerisier de mon jardin. Je viens juste de faire cette photo. Le ciel est gris, les nuages bas, l'air très doux. Pas un souffle d'air marin. La pluie semble proche. Elles sont là, ces belles fleurs de cerisiers. Un spectacle extraordinaire, une merveille, comme une certitude, celle d'un nouveau printemps, d'une nouvelle année. Oui, c'est merveille de s'arrêter et de les contempler. Les fleurs d'abord, puis les jeunes feuilles aux verts toniques vont suivre, les cerises bientôt, dans un mois, en mai solaire. Cette année les températures semblent être décalées de deux mois en avance. En Mars nous avons déjà des températures de fin Mai et donc les canicules d'été, les orages sont pour très bientôt. Une bien étrange année que 2011, le printemps des pays arabes en plein hiver, le désastre au Japon, et ces températures qui montent sans cesse chez nous. Oui, une bien étrange année...
Bon dimanche les puces.
Bises
Ivano

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cerisier

http://www.google.fr/images?hl=fr&q=cerisier&um=1&ie=UTF-8&source=univ&sa=X&ei=YNyOTYuXHISHhQf_ju27Dg&ved=0CFYQsAQ&biw=1280&bih=832

Hobby, vous avez dit hobby?

Oui, cela aide vraiment de se chercher un hobby et si possible dans un domaine créatif, artistique ou autre et de s'investir sans trop en faire non plus, juste par plaisir, sans abuser.

J'adore les fleurs des champs. un hobby comme un autre...
Bon dimanche à tous :hello: :kaola:

http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/ghirardini-cerisiers-27mars2011-14853194258.jpg

http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/ivanoghirardini-p2200006-20fevrier2011-14419079cf2.jpghttp://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/ivanoghirardini-p2130013-valentin-143456927ea.jpghttp://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/ivanoghirardini-p1250007-minibouquet-14209133fc0.jpg

vendredi, mars 25, 2011

En mai auront nous des températures de juillet?

Bonjour les puces, j'ai besoin de vous connaissances. Hier j'ai découvert ces belles plantes dans un pré. Les fleurs jaunes sont assez grosses, genre taille d'une marguerite. C'est très joli. Je ne sais pas le nom. Si vous savez, merci de m'éclairer.
Bonne journée à Vous.
Ivano

Dans un sous bois j'ai découvert des primevères par centaines. Je n'ose publier les photos. Je crains pour la tranquillité de ces petites merveilles. En tout cas, c'est rassurant, les plantes ont envie de vivre et ce début d'année est d'une douceur incroyable. En mai auront nous des températures de juillet?

Julie Gaffarel Elle ressemble fort à une renoncule...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Renoncule

Oui, Julie, c'est probablement une renoncule. Reste à trouver laquelle. Ou bien une ficaire fausse renoncule? http://www.visoflora.com/photos-nature/ficaire-fausse-renoncule.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ficaire

Ivano Ghirardini J'opte pour la ficaire fausse renoncule: http://www.google.fr/images?hl=fr&q=ficaire+fausse+renoncule&um=1&ie=UTF-8&source=univ&sa=X&ei=NLaJTeLIII-whAfWnv2rDg&ved=0CEMQsAQ&biw=1280&bih=832

Michelle Lallement Ces jolies fleurs d'un jaune éclatant s'appellent Populage (ou souci d'eau). Catha palustris. 15-30 cm - Feuilles vertes arrondies en coeur. Grandes fleurs jaunes (4 cm). Merci Ivano pour cette si belle photo.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Populage_des_marais Je ne crois pas Michelle car le populage des marais n'a que cinq pétales et sur ma photo ils sont huit par fleurs à minima. Ce qui correspond à la ficaire fausse renoncule. Ces plantes poussaient dans un pré vers 600 m d'altitude, tout un groupe. C'était vraiment très joli. ‎"Plante commune dans les zones humides non-acides de toute l'Europe, sauf dans les régions méditerranéennes." pour le populage des marais sur Wiki, cela aussi ne correspond pas.

Michelle Lallement Vous avez raison Ivano. Je ne l'avais pas retenue car dans mon livre les pétales sont plus pointues. Le "Ranunculus ficaria" peut avoir 6-12 pétales, 3 sépales. De plus j'ai fait une erreur de frappe : Caltha et non catha...strophe pour moi..... Mea culpa !!!

Espérance Giral ISABELLE, tout à fait d'accord: ce sont des boutons d'or! (ou renoncules) simplement, plus la terre est fertile (compost naturels) et humide, plus la fleur devient grosse!

Maria Raturat pour moi c'est bien une renoncule qui s'appelle populage des marais !

Ivano Ghirardini Rires. Finalement c'est bien de causer d'une plante, des plantes, cela nous change du nuage radioactif, des bombardements sur la Libye. Bonne après midi ensoleillée les puces. Une secte américaine prévoit le jugement dernier pour le 21 Mai 2011. C'est amusant ces prévisions, ce sont en fait des rappels pour vivre l'instant présent. C'est bien de se dire tous les jours: "ce soir c'est la fin du monde". Qu'en pensez vous?
http://www.visoflora.com/photos-nature/ficaire-fausse-renoncule_5.html
http://www.visoflora.com/photos-nature/ficaire-fausse-renoncule
http://www.visoflora.com/index.php?searchword=renoncule&option=com_visosearch&Itemid



Les normopathes japonais nous mènent en paquebot !

Ce sont des manipulateurs.
De moins de 45 morts au début, nous sommes à plus de vingt mille et encore, ont ils bien compté?


Le nuage radiocatif sans danger. Quelle bonne blague. Les "experts" ne font qu'une mesure instantanée pour tromper. Il faut cumuler !!!

:fou:

Le nuage ne fait que commencer et on verra dans quinze jours par exemple le cumul et vu que les brèches dans les réacteurs ne sont toujours pas colmatées, on verra dans deux ou trois mois ce même cumul !

La connaissance c'est d'abord se poser des questions.

Bonjour mes petites puces adorées. Encore un problème amusant, trouver le nom d'une plante, d'une jolie fleur, c'est reposant n'est-il pas? Nos avions bombardent des bédouins dans les déserts d'Afrique, des particules radioactives se promènent dans les airs, une secte de Californie nous annonce le jugement dernier pour le 21 Mai, allez savoir pourquoi ce jour là, et nous nous intéressons aux petites fleurs des champs.
S'agit-il d'une fleur de consoude? Vous savez cette plante qui sert à réparer les fractures.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Consoude
Bon, bon, la discussion est ouverte et vos avis d'expertes sont les bienvenues. Peu importe si nous trouvons d'ailleurs, la connaissance c'est d'abord se poser des questions.
Bonne journée à Vous.
Ivano

recherche d'image sur Consoude:http://www.google.fr/images?hl=fr&q=consoude&um=1&ie=UTF-8&source=univ&sa=X&ei=_waLTbTqDtOChQeNnozHDg&ved=0CCgQsAQ&biw=1280&bih=832

La consoude officinale a beaucoup de propriétés: http://fr.wikipedia.org/wiki/Symphytum_officinale


mardi, mars 22, 2011

Une plante pour le carême.

Un petit bouquet de fleurs de pissenlits, de dents de lions sauvages, de lions rugissants, prêts à courir dans les vertes prairies joyeuses.

"Les feuilles (très riches en vitamine C et β-carotène), les fleurs et les racines des pissenlits dits « communs » ou « officinaux » sont également consommées (voir salade de barabans). "

Une plante excellente pour la santé: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pissenlit

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=pissenlit_ps

http://www.vulgaris-medical.com/phytotherapie/encyclopedie-phyto/pissenlit-110.html

"Cure de nettoyage général de printemps (tonique général) surtout pour les personnes souffrant d'arthrose."

http://www.google.fr/images?hl=fr&biw=1280&bih=832&um=1&ie=UTF-8&source=og&sa=N&tab=wi&q=pissenlit&tbs=isch%3A1

Bonne semaine à Vous, pleine de soleil, de paix de sérénité, d'envie de courir pieds nus dans les prés.

* Jean de LA FONTAINE (1621-1695)

La Grenouille et le Rat

Tel, comme dit Merlin, cuide engeigner autrui,
Qui souvent s'engeigne soi-même.
J'ai regret que ce mot soit trop vieux aujourd'hui :
Il m'a toujours semblé d'une énergie extrême.
Mais afin d'en venir au dessein que j'ai pris,
Un rat plein d'embonpoint, gras, et des mieux nourris,
Et qui ne connaissait l'Avent ni le Carême,
Sur le bord d'un marais égayait ses esprits.
Une Grenouille approche, et lui dit en sa langue :
Venez me voir chez moi, je vous ferai festin.
Messire Rat promit soudain :
Il n'était pas besoin de plus longue harangue.
Elle allégua pourtant les délices du bain,
La curiosité, le plaisir du voyage,
Cent raretés à voir le long du marécage :
Un jour il conterait à ses petits-enfants
Les beautés de ces lieux, les moeurs des habitants,
Et le gouvernement de la chose publique
Aquatique.
Un point sans plus tenait le galand empêché :
Il nageait quelque peu ; mais il fallait de l'aide.
La Grenouille à cela trouve un très bon remède :
Le Rat fut à son pied par la patte attaché ;
Un brinc de jonc en fit l'affaire.
Dans le marais entrés, notre bonne commère
S'efforce de tirer son hôte au fond de l'eau,
Contre le droit des gens, contre la foi jurée ;
Prétend qu'elle en fera gorge-chaude et curée ;
(C'était, à son avis, un excellent morceau).
Déjà dans son esprit la galande le croque.
Il atteste les Dieux ; la perfide s'en moque.
Il résiste ; elle tire. En ce combat nouveau,
Un Milan qui dans l'air planait, faisait la ronde,
Voit d'en haut le pauvret se débattant sur l'onde.
Il fond dessus, l'enlève, et, par même moyen
La Grenouille et le lien.
Tout en fut ; tant et si bien,
Que de cette double proie
L'oiseau se donne au coeur joie,
Ayant de cette façon
A souper chair et poisson.


Les salades de pissenlits sont excellentes salades pour l'esprit, elles nettoient le corps et purifie l'âme pendant le carême. Cool les puces, je blague, je blague, mais c'est vrai c'est très bon la salade de barabans. Vous savez, les orchis, elles commencent à fleurir. Je vous mets les photos bientôt. Bises. Excellente journée à vous.
http://www.gustave.com/recettes/662/salade-pissenlit-lard-oeufs.html
http://www.cuisine-annie.com/recette-salade-de-pissenlits-732.html
http://www.750g.com/fiche_de_cuisine.2.123.7600.htm

Bon je file, ces recettes m'ont donné quelques idées...je crois que je vais aller cueillir des barabans.Excellente journée à vous.



Demeure en ton pays, par la nature instruit.

Des fleurs de forsythia dans le ciel bleu et blanc, une pensée pour le Japon meurtri, cet arbuste vient de là, apporté en Europe par des marins qui l'avaient trouvé joli.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Forsythia
http://www.google.fr/images?um=1&hl=fr&biw=1280&bih=832&tbs=isch%3A1&btnG=Rechercher&aq=f&aqi=g10&oq&q=Forsythia

Que serions nous sans l'échange? Est ce vraiment un bien? Je me méfie des vérités qui semblent des évidences, des vérités trop simples. Nous sommes dans un monde complexe. La nature avait cloisonné, séparé les continents et créé des évolutions végétales et animales distinctives sur eux. Les voyages ont été aussi ceux des plantes, cela a généré une sorte d'uniformisation planétaire. Louis XVI se réjouissait de l'introduction de la pomme de terre en Europe. Oui, cela a résolu un temps les problèmes des famines noires mais cette uniformisation des espèces est elle une richesse ou un appauvrissement au final? La mondialisation des plantes est elle un bien?
http://nature.jardin.free.fr/arbuste/ft_forsythia.html

* Théodore HANNON (1851-1916)

Chinoiserie

J'ai sur ma table une potiche
Chinoise, et du goût le plus fin,
Qu'avec l'extase d'un fétiche
Plus d'un contemplerait sans fin.

Le soleil chérit son front pâle,
Car dans son émail lactescent
Toujours un rayon caressant
Sertit quelque perle d'opale.

Sur ses flancs polis et bleutés
Vient s'épanouir une flore,
Belle d'inédites beautés,
Qu'un caprice étrange colore.

L'oeil découvre parmi ces fleurs
Qui carminent l'azur des grèves,
Les monstres entrevus en rêves :
Dragons hagards, sphinx persifleurs,

Folles chimères, oiseaux gauches
Et funambulesques magots,
Assistant froids à ces débauches
De cinabres et d'indigos.

Japon ! Terre-Promise rose !
Sonore du chant cristallin
Des tourelles de kaolin
Qu'un fleuve de féerie arrose !

Bercé par les senteurs du thé,
Dans l'oubli qui pleut de grands aunes,
J'envie en ce nouveau Léthé
La jonque des mandarins jaunes.

Oui, dans ce merveilleux séjour,
Plaise au destin sourd que je vive
Aux pieds d'une Chinoise olive,
Grisé d'opium et d'amour !


* Jacques DELILLE (1738-1813)

Le café

Il est une liqueur, au poëte plus chère,
Qui manquait à Virgile, et qu'adorait Voltaire ;
C'est toi, divin café, dont l'aimable liqueur
Sans altérer la tête épanouit le coeur.
Aussi, quand mon palais est émoussé par l'âge,
Avec plaisir encor je goûte ton breuvage.
Que j'aime à préparer ton nectar précieux !
Nul n'usurpe chez moi ce soin délicieux.
Sur le réchaud brûlant moi seul tournant ta graine,
A l'or de ta couleur fais succéder l'ébène ;
Moi seul contre la noix, qu'arment ses dents de fer,
Je fais, en le broyant, crier ton fruit amer,
Charmé de ton parfum, c'est moi seul qui dans l'onde
Infuse à mon foyer ta poussière féconde ;
Qui, tour à tour calmant, excitant tes bouillons,
Suis d'un oeil attentif tes légers tourbillons.
Enfin, de ta liqueur lentement reposée,
Dans le vase fumant la lie est déposée ;
Ma coupe, ton nectar, le miel américain,
Que du suc des roseaux exprima l'Africain,
Tout est prêt : du Japon l'émail reçoit tes ondes,
Et seul tu réunis les tributs des deux mondes.
Viens donc, divin nectar, viens donc, inspire-moi.
Je ne veux qu'un désert, mon Antigone et toi.
A peine j'ai senti ta vapeur odorante,
Soudain de ton climat la chaleur pénétrante
Réveille tous mes sens ; sans trouble, sans chaos,
Mes pensers plus nombreux accourent à grands flots.
Mon idée était triste, aride, dépouillée ;
Elle rit, elle sort richement habillée,
Et je crois, du génie éprouvant le réveil,
Boire dans chaque goutte un rayon du soleil.


"C'est toi, divin café, dont l'aimable liqueur
Sans altérer la tête épanouit le coeur."

Voilà, j'y suis, j'ai trouvé ce que je cherchais:
"...on lui dit qu'au Japon
La Fortune pour lors distribuait ses grâces.
Il y court ; les mers étaient lasses
De le porter ; et tout le fruit
Qu'il tira de ses longs voyages,
Ce fut cette leçon que donnent les sauvages :
Demeure en ton pays, par la nature instruit.
Le Japon ne fut pas plus heureux à cet homme...
"

La Fontaine

* Jean de LA FONTAINE (1621-1695)

L'Homme qui court après la Fortune et l'Homme qui l'attend

Qui ne court après la Fortune ?
Je voudrais être en lieu d'où je pusse aisément
Contempler la foule importune
De ceux qui cherchent vainement
Cette fille du sort de Royaume en Royaume,
Fidèles courtisans d'un volage fantôme.
Quand ils sont près du bon moment,
L'inconstante aussitôt à leurs désirs échappe :
Pauvres gens, je les plains, car on a pour les fous
Plus de pitié que de courroux.
Cet homme, disent-ils, était planteur de choux,
Et le voilà devenu pape :
Ne le valons-nous pas ? - Vous valez cent fois mieux ;
Mais que vous sert votre mérite ?
La Fortune a-t-elle des yeux ?
Et puis la papauté vaut-elle ce qu'on quitte,
Le repos, le repos, trésor si précieux
Qu'on en faisait jadis le partage des Dieux ?
Rarement la Fortune à ses hôtes le laisse.
Ne cherchez point cette Déesse,
Elle vous cherchera ; son sexe en use ainsi.
Certain couple d'amis en un bourg établi,
Possédait quelque bien : l'un soupirait sans cesse
Pour la Fortune ; il dit à l'autre un jour :
Si nous quittions notre séjour ?
Vous savez que nul n'est prophète
En son pays : cherchons notre aventure ailleurs.
- Cherchez, dit l'autre ami, pour moi je ne souhaite
Ni climats ni destins meilleurs.
Contentez-vous ; suivez votre humeur inquiète ;
Vous reviendrez bientôt. Je fais voeu cependant
De dormir en vous attendant.
L'ambitieux, ou, si l'on veut, l'avare,
S'en va par voie et par chemin.
Il arriva le lendemain
En un lieu que devait la Déesse bizarre
Fréquenter sur tout autre ; et ce lieu c'est la cour.
Là donc pour quelque temps il fixe son séjour,
Se trouvant au coucher, au lever, à ces heures
Que l'on sait être les meilleures ;
Bref, se trouvant à tout, et n'arrivant à rien.
Qu'est ceci ? ce dit-il, cherchons ailleurs du bien.
La Fortune pourtant habite ces demeures.
Je la vois tous les jours entrer chez celui-ci,
Chez celui-là ; d'où vient qu'aussi
Je ne puis héberger cette capricieuse ?
On me l'avait bien dit, que des gens de ce lieu
L'on n'aime pas toujours l'humeur ambitieuse.
Adieu Messieurs de cour ; Messieurs de cour adieu :
Suivez jusques au bout une ombre qui vous flatte.
La Fortune a, dit-on, des temples à Surate ;
Allons là. Ce fut un de dire et s'embarquer.
Ames de bronze, humains, celui-là fut sans doute
Armé de diamant, qui tenta cette route,
Et le premier osa l'abîme défier.
Celui-ci pendant son voyage
Tourna les yeux vers son village
Plus d'une fois, essuyant les dangers
Des pirates, des vents, du calme et des rochers,
Ministres de la mort. Avec beaucoup de peines
On s'en va la chercher en des rives lointaines,
La trouvant assez tôt sans quitter la maison.
L'homme arrive au Mogol ; on lui dit qu'au Japon
La Fortune pour lors distribuait ses grâces.
Il y court ; les mers étaient lasses
De le porter ; et tout le fruit
Qu'il tira de ses longs voyages,
Ce fut cette leçon que donnent les sauvages :
Demeure en ton pays, par la nature instruit.
Le Japon ne fut pas plus heureux à cet homme
Que le Mogol l'avait été ;
Ce qui lui fit conclure en somme,
Qu'il avait à grand tort son village quitté.
Il renonce aux courses ingrates,
Revient en son pays, voit de loin ses pénates,
Pleure de joie, et dit : Heureux, qui vit chez soi ;
De régler ses désirs faisant tout son emploi.
Il ne sait que par ouïr dire
Ce que c'est que la cour, la mer, et ton empire,
Fortune, qui nous fais passer devant les yeux
Des dignités, des biens, que jusqu'au bout du monde
On suit, sans que l'effet aux promesses réponde.
Désormais je ne bouge, et ferai cent fois mieux.
En raisonnant de cette sorte,
Et contre la Fortune ayant pris ce conseil,
Il la trouve assise à la porte
De son ami plongé dans un profond sommeil.


Demeure en ton pays, par la nature instruit.
Déjà au siècle de Louis le Grand, cette question se posait.

dimanche, mars 20, 2011

La guerre de l'Apocalypse vient elle de commencer?

Non, assurément, le code donnait celle de 2003 en Irak pour base de départ. Il faudrait donc dire, la guerre de l'Apocalypse est-elle en phase terminale? Oui, c'est probable. la France, la Grande Bretagne et les USA, trois nations en état de faillite, en état de déficits aggravés, viennent de se lancer dans une guerre ouverte contre la Libye de Kadhafi, pour la Libye des rebelles à son régime.

Kadhafi

Ce qui est étrange, ce sont les liens d'argent que le régime de Kadhafi voulait révéler sur le financement des campagnes du RPF-->UMP en France depuis bien longtemps déjà. Il serait temps de lever le voile sur ces financements occultes d'un parti politique dans un pays qui se prétend démocratique: la France. Il serait temps qu'un Procureur Indépendant soit dépêché par le TPI pour prendre la déposition du fils de Kadhafi, de Kadhafi lui même, à ce sujet ainsi que les preuves qu'ils peuvent apporter.

Pourquoi faire une différence simpliste entre Kadhafi, le criminel, qui bombarde son peuple et un parti, l'UMP, qui vole depuis longtemps déjà des élections via des financements occultes illégaux. Le résultat est toujours le même, que ce soit en Libye ou en France, enrichir les membres de clans et de réseaux qui se servent de ces prises de pouvoir pour se servir en toute impunité. L'état c'est eux dans ces régimes opaques et la Ve république française fait partie des régimes opaques. L'aveu de Philippe Seguin: "les français ne sont pas égaux devant les contrôles fiscaux" en dit long sur le terrorisme d'état utilisé pour spolier des citoyens français.

Une guerre sur fond de dettes et de faillites des états qui se lancent dans cette aventure, ce n'est pas nouveau. Lorsque l'on va droit dans le mur, une guerre sert à dissimuler tout cela, le chaos qui s'en suit est supposé effacer les ardoises, permettre une nouvelle donne. Il n'est donc pas étonnant de voir l'Allemagne dont les finances sont saines s'abstenir de ce jeu suicidaire, le jeu des losers à une table de poker qui tentent un va tout kamikaze, un coup de dés en criant :
-tapis !

Le tapis de bombes en réponse est comme un écran de fumée. Les créanciers comme la Chine voient tout cela d'un très mauvais œil. Peut-on accorder encore du crédit à des losers en faillite? Une guerre en phase terminale ou la Grande Guerre de l'Apocalypse? Il faut se méfier des petites guerres qui commencent sur fond de précipitations, de faillites, de "morales", de "droit international"."Tapis". Qui a donc crié cela? Espérant se refaire...

Le scénario final est-il un scénario sur fond de bombes atomiques? Là encore une façon de crier :
-tapis !
pour masquer une autre faillite, celle de l'humanité tout entière dans son pillage de la Terre.

samedi, mars 19, 2011

Lève tes mains vers les cieux et récite.

L'Ange me dit:

-Lève tes mains vers les cieux et récite.

J'ai fait cela. Il m'a dit encore:

-Que ton esprit devienne comme ces fleurs blanches.

J'ai fait cela et j'ai senti le souffle du grand vent m'emporter.

Je ne suis plus qu'un petit pétale blanc qui plonge dans l'azur infini...

Bisous, bisous, je vous "vois" de tout là haut...

Cool les puces avec ce que je peux écrire. Bonne fin de semaine à Vous. Ivano


Récite, récite donc, laisse parler ton cœur.

Une petite fleur jaune sur un zeste de tapis d'hiver. Une petite fleur jaune, de jeunes feuilles au beau vert. Une nouvelle saison, une nouvelle année, un nouveau jour, oui, tout est nouveau et pourtant si ancien. Voici, j'ouvre les yeux, je lève les paumes des mains vers les cieux, j'entends la voix de l'Ange qui dit :

-Récite, récite donc, laisse parler ton cœur.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Renoncule_rampante

http://www.google.fr/images?hl=fr&biw=1280&bih=832&q=Ranunculus+repens&um=1&ie=UTF-8&source=univ&sa=X&ei=k4yETdT9F5Dj4gb8w8QS&ved=0CDkQsAQ

Janine Laval Il pourrait aussi s'agir de la potentille, les feuilles ressemblent plus je trouve. Je mets une photo sur le mur.
http://img145.imageshack.us/i/potentille.jpg/

Oui, oui, c'est cela Janine, merci, vous êtes les meilleures:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Potentilla_neumanniana

http://www.google.fr/images?hl=fr&q=Potentilla+neumanniana&um=1&ie=UTF-8&source=univ&sa=X&ei=n82FTfbLNsuAhAeP0_C2BA&ved=0CC8QsAQ&biw=1280&bih=832


Magouilles à Chamonix, tsunami au pied du Mont Fuji !

La sécurité nationale de tous les pays traversés par l'axe 45°5 N est menacée. C'était le cas du Japon, hélas. Le pire est toujours à venir .

Tout est parti des crimes commis à Chamonix et restés impunis à cause des réseaux politico mafieux RPF -->UMP, de ses ripoux, de ses emplois fictifs, de ses magouilles dans l'immobilier, etc...etc... Pas de quoi fouetter un chat que cette immonde corruption à la mode chamoniarde, assassins de gamins passionnés de montagne, sauf que l'Invisible fait ce qu'il veut et a choisi cela comme point de départ pour son intervention.

Un crime de trop, l'assassinat de Serge Gousseault, en 1971. Un guide de Chamonix, Claude Ancey, qui a refusé de poser l'hélico sur le plateau derrière le sommet. Un Herzog qui disait devant les tv: "il y a trop de vent" pour refuser le secours tout en faisant semblant de porter secours. Un hélico venu de Grenoble qui se pose et dit: "c'est n'importe quoi, il n'y a pas de vent", bref, un assassinat en direct devant les caméras de télévisions et personne n'a rien dit ou presque, en tout cas pas la vérité. L'Invisible en a eu marre et il a décidé d'intervenir en 1971.

Voilà, il a fait comme d'hab, il a utilisé un schizo, un connecté et il a tout vérifié en se servant de lui. La crapulerie criminelle sur zone restée impunie (devant la justice humaine uniquement) ne peut faire aucun doute. La justice de l'Invisible est donc en route depuis 1998, date de son apparition.
http://uneange.blogspot.com/

Et comme ailleurs c'est pareil ou pire. Il suffit de voir l'opacité de Tepco au Japon... Gare au retour de vague en France, gare au tsunami financier entre autres! Sarko au Japon, quelle bonne blague! il ferait mieux de rester en France et de bosser un peu, en se calmant, pour anticiper un peu ce qui vient...mais bon...

jeudi, mars 17, 2011

Magouilles criminelles à Chamonix, grande vague au pied du Mont Fuji

Chamonix Mont Blanc, épicentre mondial des catastrophes en cours, tout l'axe 45°5 sous le feu brulant nucléaire !

Cela fait des années que nous avons multiplié les avertissements au sujet de cette apparition majeure:
http://uneange.blogspot.com/

une apparition à 05 45 00 en juin 1998 sur l'axe 45° 5 nord, Elle fait dans la précision. Montroc, tunnel du Mont Blanc, etc, etc, ....Elle vous a accordé des délais et des délais... Si vous étiez moins aveuglés....mais bon... Un bon conseil, rendez tout ce que vous m'avez volé et payez vos dettes bandes de < > et de < >de Haute Savoie. Elle est venue, Elle a vue et ne vous faites aucune illusion Elle va vous exploser la tronche et vous mettre DÉFINITIVEMENT hors d'état de nuire, pour l'éternité des éternités, pour tous les mondes et toutes les vies...etc...etc...


Chamonix Mont Blanc, épicentre mondial des catastrophes en cours ! Les Dieux n'aiment pas la corruption !

Vendredi 11 mars le premier ministre japonais était en comparution pour des affaires de corruption au pays du soleil à l'oeil noir devant ! Il comptait s'en tirer comme d'hab: "circulez, tout est ok, il n'y a rien à voir". L'Invisible a piqué sa colère contre son pays ! Le premier ministre peut continuer comme si de rien n'était. Oubliées ces affaires de corruption, mais pour combien de temps?

A Chamonix, ils font les sourds, ils sont souillés du pire crime qui soit. L'Invisible est venu et il a vu et ne vous faites aucune illusion, il vous garde comme une fricassée délicate, il connait tous
vos crimes et l'ampleur de vos magouilles et de votre immonde corruption. Vous avez fait celle de trop et il est trop tard. Au jour du jugement, ne venez pas vous plaindre, vous aurez servi de
référencement pour l'Invisible et son intervention! C'est son humour ! Prendre les crétins des alpes charognards, assassins de gamins passionnés de montagne pour point de départ, avouez que l'Invisible a des façons de penser à contre courant des débilus dominants. C'est ce qui est rassurant pour le jugement final !


mercredi, mars 16, 2011

Comment se connecter sur le Royaume des Cieux de Jésus?

Bonjour mes si douces Amies, les températures sont si agréables que je me demande tous les matins si nous ne sommes pas déjà en mai ou juin. J'aime cette grande douceur, les plantes adorent aussi ces pluies de mars. Au pied d'un arbre, des petites primevères et violettes, qui font causette et regardent passer les escargots. Ainsi va ce petit monde indifférent à toutes les agitations des hommes, qui semble s'en moquer même, qui semble vivre en permanence dans une immense paix et sérénité. Comment se connecter sur le Royaume des Cieux de Jésus? Il le disait lui même le long des chemins de judée: "regardez les fleurs des champs...."
Rien n'est plus reposant il est vrai que de contempler de petites plantes, si douces. Elles ne se plaignent jamais, ne récriminent contre rien ni personne, elles sont la paix.

Bonne journée les puces.
Ivano

Auprès de mon arbre, je vivais heureux....

http://www.youtube.com/watch?v=znmKx65RqGA

* Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

Le voyage

A Maxime Du Camp.
...
I

Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes,
L'univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit !

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le coeur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers :

Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme ;
D'autres, l'horreur de leurs berceaux, et quelques-uns,
Astrologues noyés dans les yeux d'une femme,
La Circé tyrannique aux dangereux parfums.

Pour n'être pas changés en bêtes, ils s'enivrent
D'espace et de lumière et de cieux embrasés ;
La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent,
Effacent lentement la marque des baisers.

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir, coeurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !

Ceux-là dont les désirs ont la forme des nues,
Et qui rêvent, ainsi qu'un conscrit le canon,
De vastes voluptés, changeantes, inconnues,
Et dont l'esprit humain n'a jamais su le nom !

II

Nous imitons, horreur ! la toupie et la boule
Dans leur valse et leurs bonds ; même dans nos sommeils
La Curiosité nous tourmente et nous roule,
Comme un Ange cruel qui fouette des soleils.

Singulière fortune où le but se déplace,
Et, n'étant nulle part, peut être n'importe où !
Où l'homme, dont jamais l'espérance n'est lasse,
Pour trouver le repos court toujours comme un fou !

Notre âme est un trois-mâts cherchant son Icarie ;
Une voix retentit sur le pont : " Ouvre l'oeil ! "
Une voix de la hune, ardente et folle, crie .
" Amour... gloire... bonheur ! " Enfer ! c'est un écueil !

Chaque îlot signalé par l'homme de vigie
Est un Eldorado promis par le Destin ;
L'Imagination qui dresse son orgie
Ne trouve qu'un récif aux clartés du matin.

Ô le Pauvre amoureux des pays chimériques !
Faut-il le mettre aux fers, le jeter à la mer,
Ce matelot ivrogne, inventeur d'Amériques
Dont le mirage rend le gouffre plus amer ?

Tel le vieux vagabond, piétinant dans la boue,
Rêve, le nez en l'air, de brillants paradis ;
Son oeil ensorcelé découvre une Capoue
Partout où la chandelle illumine un taudis.

III

Etonnants voyageurs ! quelles nobles histoires
Nous lisons dans vos yeux profonds comme les mers !
Montrez-nous les écrins de vos riches mémoires,
Ces bijoux merveilleux, faits d'astres et d'éthers.

Nous voulons voyager sans vapeur et sans voile !
Faites, pour égayer l'ennui de nos prisons,
Passer sur nos esprits, tendus comme une toile,
Vos souvenirs avec leurs cadres d'horizons.

Dites, qu'avez-vous vu ?

IV

" Nous avons vu des astres
Et des flots ; nous avons vu des sables aussi ;
Et, malgré bien des chocs et d'imprévus désastres,
Nous nous sommes souvent ennuyés, comme ici.

La gloire du soleil sur la mer violette,
La gloire des cités dans le soleil couchant,
Allumaient dans nos coeurs une ardeur inquiète
De plonger dans un ciel au reflet alléchant.

Les plus riches cités, les plus grands paysages,
Jamais ne contenaient l'attrait mystérieux
De ceux que le hasard fait avec les nuages.
Et toujours le désir nous rendait soucieux !

- La jouissance ajoute au désir de la force.
Désir, vieil arbre à qui le plaisir sert d'engrais,
Cependant que grossit et durcit ton écorce,
Tes branches veulent voir le soleil de plus près !

Grandiras-tu toujours, grand arbre plus vivace
Que le cyprès ? - Pourtant nous avons, avec soin,
Cueilli quelques croquis pour votre album vorace,
Frères qui trouvez beau tout ce qui vient de loin !

Nous avons salué des idoles à trompe ;
Des trônes constellés de joyaux lumineux ;
Des palais ouvragés dont la féerique pompe
Serait pour vos banquiers un rêve ruineux ;

" Des costumes qui sont pour les yeux une ivresse ;
Des femmes dont les dents et les ongles sont teints,
Et des jongleurs savants que le serpent caresse. "

V

Et puis, et puis encore ?

VI

" Ô cerveaux enfantins !
Pour ne pas oublier la chose capitale,
Nous avons vu partout, et sans l'avoir cherché,
Du haut jusques en bas de l'échelle fatale,
Le spectacle ennuyeux de l'immortel péché

La femme, esclave vile, orgueilleuse et stupide,
Sans rire s'adorant et s'aimant sans dégoût ;
L'homme, tyran goulu, paillard, dur et cupide,
Esclave de l'esclave et ruisseau dans l'égout ;

Le bourreau qui jouit, le martyr qui sanglote ;
La fête qu'assaisonne et parfume le sang ;
Le poison du pouvoir énervant le despote,
Et le peuple amoureux du fouet abrutissant ;

Plusieurs religions semblables à la nôtre,
Toutes escaladant le ciel ; la Sainteté,
Comme en un lit de plume un délicat se vautre,
Dans les clous et le crin cherchant la volupté ;

L'Humanité bavarde, ivre de son génie,
Et, folle maintenant comme elle était jadis,
Criant à Dieu, dans sa furibonde agonie :
" Ô mon semblable, ô mon maître, je te maudis ! "

Et les moins sots, hardis amants de la Démence,
Fuyant le grand troupeau parqué par le Destin,
Et se réfugiant dans l'opium immense !
- Tel est du globe entier l'éternel bulletin. "

VII

Amer savoir, celui qu'on tire du voyage !
Le monde, monotone et petit, aujourd'hui,
Hier, demain, toujours, nous fait voir notre image
Une oasis d'horreur dans un désert d'ennui !

Faut-il partir ? rester ? Si tu peux rester, reste ;
Pars, s'il le faut. L'un court, et l'autre se tapit
Pour tromper l'ennemi vigilant et funeste,
Le Temps ! Il est, hélas ! des coureurs sans répit,

Comme le Juif errant et comme les apôtres,
A qui rien ne suffit, ni wagon ni vaisseau,
Pour fuir ce rétiaire infâme : il en est d'autres
Qui savent le tuer sans quitter leur berceau.

Lorsque enfin il mettra le pied sur notre échine,
Nous pourrons espérer et crier : En avant !
De même qu'autrefois nous partions pour la Chine,
Les yeux fixés au large et les cheveux au vent,

Nous nous embarquerons sur la mer des Ténèbres
Avec le coeur joyeux d'un jeune passager.
Entendez-vous ces voix, charmantes et funèbres,
Qui chantent : " Par ici ! vous qui voulez manger

Le Lotus parfumé ! c'est ici qu'on vendange
Les fruits miraculeux dont votre coeur a faim ;
Venez vous enivrer de la douceur étrange
De cette après-midi qui n'a jamais de fin ? "

A l'accent familier nous devinons le spectre ;
Nos Pylades là-bas tendent leurs bras vers nous.
" Pour rafraîchir ton coeur nage vers ton Electre ! "
Dit celle dont jadis nous baisions les genoux.

VIII

Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l'ancre !
Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !
Si le ciel et la mer sont noirs comme de l'encre,
Nos coeurs que tu connais sont remplis de rayons !

Verse-nous ton poison pour qu'il nous réconforte !
Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau !



samedi, mars 12, 2011

Le vol du bourdon.

Bonne fin de semaine mes si superbes Amies. Pour vous faire sourire, le vol du bourdon. Ils adorent ces fleurs jaunes, ce sont leurs fleurs réservées, les abeilles ne viennent pas butiner ces fleurs là, elles savent qu' elles font partie du territoire des noirs bourdons, la nature a ses codes invisibles, connus de tous, bien que non écrits, c'est ainsi. Il me fait rire ce lourd et gros bourdon en approche de ses fleurs odorantes.


* Victor HUGO (1802-1885)

Le bourdon, aux excès enclin,
Entre en chiffonnant sa chemise ;
Un oeillet est un verre plein,
Un lys est une nappe mise.
.../...
Enfants, dans vos yeux éclatants
Je crois voir l'empyrée éclore ;
Vous riez comme le printemps
Et vous pleurez comme l'aurore.

En musique, flute de pan, c'est pas facile à jouer:

http://www.youtube.com/watch?v=CuR_O8YBnqo&feature=related


Guitare classique, il faut des doigts agiles:

http://www.youtube.com/watch?v=EyTqu3lnFAk&feature=related


Le vol du bourdon avec un harmonica, pas facile non plus:
http://www.youtube.com/watch?v=wmjCaXZ8wVI&feature=related


Au piano :
http://www.youtube.com/watch?v=q6F1YjqszvU&feature=related

Avec un accordéon:
http://www.youtube.com/watch?v=m1fjnUhJZak&feature=related

Avec une flute :
http://www.youtube.com/watch?v=Y8_K0l12A5E&feature=related

En orchestre, c'est plus joli:
http://www.youtube.com/watch?v=pvuvE912shQ&feature=related

Qui connait le nom de cette plante ?

Christine Dainville : serait-ce un mahonia?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mahonia_%C3%A0_feuilles_de_houx

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mahonia

http://www.google.fr/images?hl=fr&source=hp&biw=1280&bih=832&q=Mahonia&btnG=Recherche+d%27images&gbv=2&aq=f&aqi&aql&oq

Il s'agit de celui ci:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Mahonia_aquifolium0.jpg
Mahonia aquifolium

Merci Christine.

Le poème complet:
* Victor HUGO (1802-1885)

Laetitia rerum

Tout est pris d'un frisson subit.
L'hiver s'enfuit et se dérobe.
L'année ôte son vieil habit ;
La terre met sa belle robe.

Tout est nouveau, tout est debout ;
L'adolescence est dans les plaines ;
La beauté du diable, partout,
Rayonne et se mire aux fontaines.

L'arbre est coquet ; parmi les fleurs
C'est à qui sera la plus belle ;
Toutes étalent leurs couleurs,
Et les plus laides ont du zèle.

Le bouquet jaillit du rocher ;
L'air baise les feuilles légères ;
Juin rit de voir s'endimancher
Le petit peuple des fougères.

C'est une fête en vérité,
Fête où vient le chardon, ce rustre ;
Dans le grand palais de l'été
Les astres allument le lustre.

On fait les foins. Bientôt les blés.
Le faucheur dort sous la cépée ;
Et tous les souffles sont mêlés
D'une senteur d'herbe coupée.

Oui chante là ? Le rossignol.
Les chrysalides sont parties.
Le ver de terre a pris son vol
Et jeté le froc aux orties ;

L'aragne sur l'eau fait des ronds ;
Ô ciel bleu ! l'ombre est sous la treille ;
Le jonc tremble, et les moucherons
Viennent vous parler à l'oreille ;

On voit rôder l'abeille à jeun,
La guêpe court, le frelon guette ;
A tous ces buveurs de parfum
Le printemps ouvre sa guinguette.

Le bourdon, aux excès enclin,
Entre en chiffonnant sa chemise ;
Un oeillet est un verre plein,
Un lys est une nappe mise.

La mouche boit le vermillon
Et l'or dans les fleurs demi-closes,
Et l'ivrogne est le papillon,
Et les cabarets sont les roses.

De joie et d'extase on s'emplit,
L'ivresse, c'est la délivrance ;
Sur aucune fleur on ne lit :
Société de tempérance.

Le faste providentiel
Partout brille, éclate et s'épanche,
Et l'unique livre, le ciel,
Est par l'aube doré sur tranche.

Enfants, dans vos yeux éclatants
Je crois voir l'empyrée éclore ;
Vous riez comme le printemps
Et vous pleurez comme l'aurore.

vendredi, mars 11, 2011

Chamonix Mont Blanc, épicentre mondial des catastrophes en cours !!!

Hé oui, il fallait faire attention bande de tarés et de ripoux, de prédators débilus avant de s'en prendre à un schizoïde paranoïde.
Il fallait vérifier qui se cachait dans l'invisible.

Vous me devez 27 millions d'euros ! Vous devez rendre tout ce que vous m'avez volé et payer en sus les intérêts qui sont colossaux, jusqu'au dernier centime, c'est votre problème !

45° 5 Nord

Une apparition à 05 45 00


http://uneange.blogspot.com/

http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/organic-reclamation-001-14665431263.jpg

Voici le chalet de l'apparition. Les crétins des alpes l'ont détruit pour faire de la promotion immobilière sur ce terrain.

C'est l'épicentre !

Tsunami meurtrier ce jour au Japon.
La sécurité nationale de tous les pays sur cet axe 45° Nord est menacée !!!!

Bon, je sais que je m'adresse à des tarés. Mais c'est le job d'un schizo de prévenir en avance au nom de l'Invisible !

"Les marchés sont impitoyables. Immédiatement après l'annonce du très violent séisme au Japon et les " dégâts considérables" évoqués par le gouvernement, le yen et les titres de grandes compagnies d'assurance chutaient. L'ampleur des dégâts causés par le séisme de magnitude 8,9 et le tsunami de 10 mètres qui ont frappé le pays n'est pas encore connue, mais une raffinerie de pétrole près de Tokyo était déjà en feu."



Attention, les crétins des Alpes vont mettre le feu sur tout cet axe !!!!

:hello:

Pour une juridiction spéciale pour traiter des schizos et éviter ce genre de conneries. Ce n'est pas nouveau:

Le procès de Jésus c'est un million de juif passés par le glaive, déportés ou réduits en esclavage, et le temple détruit, exactement comme annoncé par ce schizo nommé jésus.

Alors vous êtes prévenus, l'Invisible va continuer ses frappes. Vous lui avez signé un chèque en blanc faute d'une justice conforme à la réalité.

C'est votre problème !

Chamonix Mont Blanc, épicentre mondial des catastrophes en cours !!!



45° 5 Nord

Une apparition à 05 45 00
En juin 1998

http://uneange.blogspot.com/

http://images.doctissimo.fr/private/photo/3664936366/private-category/organic-reclamation-001-14665431263.jpg

Voici le chalet de l'apparition. Ne le cherchez plus, il a été détruit dans le cadre de la spoliation Ghirardini, une spoliation avec des moyens d'état, par le réseau politico mafieux qui "gère" Chamonix et qui fait du fric dans l'immobilier entre autres.

La sécurité nationale de tous les pays sur cet axe 45° Nord est menacée !!!!

C'est le job d'un schizo de prévenir en avance au nom de l'Invisible !

NON au flicage du net !

France : le décret de l’incroyable flicage du net

Une info passée en douce, par le biais d'un simple décret : "Sur le Web : la police a désormais accès à toutes vos données personnelles

Un décret oblige désormais les fournisseurs de services sur Internet à conserver pendant un an mots de passe, traces d'achats ou commentaires laissés sur le web par les internautes. La police pourra y avoir accès lors d'enquêtes, ainsi que le fisc ou l'URSSAF. Tollé général sur la Toile."

Il aura suffi d'un simple décret, décidé en catimini, dans les cabinets feutrés d'un pouvoir de plus en plus aux abois, pour démontrer que, décidément, ce qui s'est passé en Tunisie, puis en Egypte, à savoir le rassemblement populaire permis par le net, fout une sacrée trouille aux gouvernants, immédiatement en oeuvre de "neutraliser" un éventuel effet boule de neige, dans un pays comme la France, ex-championne des libertés, et, notamment, de la liberté d'expression...

Le décret n° 2011-219 du 25 février 2011 relatif à la conservation et à la communication des données permettant d’identifier toute personne ayant contribué à la création d’un contenu mis en ligne a été publié hier au Journal Officiel sans l'avis de la CNIL rendu le 20 décembre 2007. Cet avis a été rendu sur le fondement de l’article 11-4°a) de la loi informatique et libertés. Dans ce cas, l’avis de la CNIL n’est pas systématiquement publié. Notre Commission a décidé de publier cet avis sur son site.
Ben oui, le seul espace d'une véritable information indépendante, finit par nuire à la "COMMUNICATION" diffusée par les médias aux ordres...
La propagande officielle ne saurait souffrir d'une atteinte si grave à sa diffusion tous azimuts ; aussi, tous les internautes se retrouvent désormais totalement fliqués, jusque dans leur intimité la plus inviolable, par la grâce d'un décret digne des pires dictatures...
On savait déjà être écouté, localisé, filmé, épié, dans l'espace public par tous les moyens mis à disposition d'un état policier (système "échelon" à la mesure planétaire, écoutes illégales, puces des téléphones portables, caméras de surveillance, etc...) ; c'est maintenant à l'espace privé que s'attaquent, en douce et en toute pseudo "légalité", les petites mains de big brother....
Formidable tartufferie, ce décret intervient sous la présidence française du G8, censé (sic) "s'occuper de la protection de la vie privée" ; comme annoncé par Sarkozy, en Décembre 2010 (je cite) :
Le 17 décembre 2010, le Président de la République a annoncé son intention de réunir les principaux acteurs mondiaux de l'Internet en marge du sommet du G8 de Deauville, en mai prochain. L'inscription du sujet de la protection de la vie privée à l'ordre du jour du G8, qui se tiendra sous la présidence française, permettrait de franchir une étape décisive dans la protection de la vie privée face au développement des technologies du numérique et éclairerait le rôle déterminant que la France joue en la matière.
Etonnant, non ? :-)
On lira ici la réaction et le communiqué de la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés), dont voici la conclusion :

La Commission souhaite que le projet de décret précise que les données seront transmises par des employés individuellement désignés et appartenant aux services en charge des demandes de communication de données des prestataires concernés.

Enfin, l’article 7 dispose que les données transmises seront enregistrées et conservées pendant une durée de trois ans dans des traitements automatisés mis en œuvre par le ministère de l’intérieur et le ministère de la défense.

La Commission rappelle qu’un dossier de formalités préalables, relatif à la mise en œuvre de ces traitements, devra lui être adressé et demande que le projet de décret précise que :

  • le ministère de l’intérieur et le ministère de la défense ne seront destinataires et ne conserveront dans les traitements précités que des données correspondant aux demandes qu’ils auront respectivement introduites ;
  • le traitement des données communiquées par les FAI et hébergeurs aura pour unique objet la conservation et la consultation et ne sera pas interconnecté ou rapproché avec d’autres traitements y compris ceux résultant du décret n° 2006-1651 du 22 décembre.
Conclusion qui ressemble plus à un voeu pieux, qu'à une légitime remise en cause légale de cette atteinte indubitable à la vie privée des internautes.
On attend donc la réaction des diverses associations de citoyens ; consommateurs, internautes, pour les recours devant :
- le conseil constitutionnel,
- les instances juridiques européennes,
pour exiger et obtenir l'annulation de ce decret de la honte, pris en totale infraction avec les DROITS énoncés dans la loi "Informatique et libertés ; droits que vous pouvez défendre de diverses façons par le biais d'actions en justice, de pétitions, de recours légaux, etc...
Il est d'une extrême urgence, pour tous les internautes, de faire défendre ces droits, sous peine de se voir bientôt entièrement à la merci de l'arbitraire d'un pouvoir en train de détruire les derniers champs de liberté, pour asseoir une domination sans contrôle sur la liberté d'expression.
A vos claviers ; diffusez l'information, sensibilisez le maximum de personnes autour de vous, contactez la CNIL, les associations de citoyens, pour donner du poids aux actions et recours en justice, qui essaieront de préserver un des derniers espaces de liberté à la disposition du plus grand nombre..

Source: Agora vox

samedi, mars 05, 2011

Voici un mois de mars sec et froid, chaud au soleil vers midi.


Pour vous remonter le moral, pour que vous gardiez cette image, quoi qu'il puisse arriver en ce monde troublé, en ce monde qui doute. Voici un mois de mars sec et froid, chaud au soleil vers midi. Je viens juste de faire cette modeste photo. Je faisais bronzette sous ces fleurs de buis et j'entendais ce bourdonnement incessant des abeilles. Elle viennent de reprendre leurs taches. Elles butinent joyeusement. Ce doit être bon le miel de buis.
Oui, oui, gardez cette image en votre tête, quoi qu'il puisse arriver. Ne vous préoccupez de rien. Dans le Royaume des Cieux ils savent ce qu'ils font. Du moins j'espère, sinon, pas grave, quel beau spectacle que la vie. Oui, oui, cela valait la peine.
Bon week end les puces. Bzzz Bzzzz


* Jean LORRAIN (1855-1906)

Printemps mystique

Sous la lune bleue aux caresses molles,
Par le clair obscur des bois épineux,
Le Printemps s'avance aux sons lumineux
Des flûtes mêlées aux voix des citholes.

Entre des fronts blancs nimbés d'auréoles
Et des yeux rieurs d'enfants curieux,
Il passe à pas lents et mystérieux,
Et sur ses pieds nus pleuvent des corolles.

Cresson argenté, violettes fines,
Primevères d'or, pales aubépines
Tombent sur ses pas en clairs encensoirs ;

Et par les ravins, l'odorante neige
Des pommiers, fumant dans l'ombre des soirs,
Illumine Avril et son doux cortège.

Les premières primevères du Jardin.


Pour vous remonter le moral, pour illuminer votre week end, pour vous apporter un petit sourire. Les premières primevères du Jardin, elles sont tout juste écloses, je viens de faire cette photo. J'étais tellement enchanté de découvrir ces petites fleurs que je n'ai pu résister au plaisir de venir publier cette modeste photo pour partager cela avec vous.
Trop cool la vie. Bzzz

* Nérée BEAUCHEMIN (1850-1931)

Fleurs d'aurore

Comme au printemps de l'autre année,
Au mois des fleurs, après les froids,
Par quelque belle matinée,
Nous irons encore sous bois.

Nous y verrons les mêmes choses,
Le même glorieux réveil,
Et les mêmes métamorphoses
De tout ce qui vit au soleil.

Nous y verrons les grands squelettes
Des arbres gris, ressusciter,
Et les yeux clos des violettes
À la lumière palpiter.

Sous le clair feuillage vert tendre,
Les tourterelles des buissons,
Ce jour-là, nous feront entendre
Leurs lentes et molles chansons.

Ensemble nous irons encore
Cueillir dans les prés, au matin,
De ces bouquets couleur d'aurore
Qui fleurent la rose et le thym.

Nous y boirons l'odeur subtile,
Les capiteux aromes blonds
Que, dans l'air tiède et pur, distille
La flore chaude des vallons.

Radieux, secouant le givre
Et les frimas de l'an dernier,
Nos chers espoirs pourront revivre
Au bon vieux soleil printanier.

En attendant que tout renaisse,
Que tout aime et revive un jour,
Laisse nos rêves, ô jeunesse,
S'envoler vers tes bois d'amour !

Chère idylle, tes primevères
Éclosent en toute saison ;
Elles narguent les froids sévères
Et percent la neige à foison.

Éternel renouveau, tes sèves
Montent même aux coeurs refroidis,
Et tes capiteuses fleurs brèves
Nous grisent comme au temps jadis.

Oh ! oui, nous cueillerons encore,
Aussi frais qu'à l'autre matin,
Ces beaux bouquets couleur d'aurore
Qui fleurent la rose et le thym.